LE LOUP DE GUBBIO, LES VEILLEURS ET LE PAPE FRANCOIS

Notre nouveau pape a décidément été bien inspiré de placer son pontificat sous le patronage de saint François d’Assise. Récemment, dans une homélie il prononçait les paroles suivantes : Il n’y a pas de place pour la prudence lorsqu’il s’agit d’annoncer la bonne nouvelle

L’Evangile raconte que des disciples trouvant le langage de Jésus trop dur, décident de s’éloigner. Ils nourrissaient probablement une certaine admiration pour Jésus, mais de loin. Les chrétiens de ce type ne marchent pas en présence de Dieu et ne font pas grandir l’Eglise. Ce sont des chrétiens qui font preuve de bon sens et qui prennent leur distance. Contrairement aux chrétiens qui témoignent jusqu’au martyre, ces chrétiens tièdes suivent le sens commun et la prudence mondaine. Or, cette prudence mondaine est une tentation. Que le Seigneur nous libère de la tentation du « bon sens », de la tentation de murmurer contre Jésus parce qu’Il est trop exigeant.
Il me semble que cette vigoureuse admonestation convient assez bien pour décrire notre situation actuelle, résultante de trop de tiédeurs et de compromissions inspirées par le bon sens mondain.

La vie de saint François est émaillée de nombreux exemples de résistance à cet esprit du monde dont l’un des plus célèbres est pour moi l’explication de la joie parfaite à frère Léon (http://www.missa.org/joie_parfaite.php)
Cependant c’est un autre épisode singulier de la vie du poverello qui m’est récemment revenu à la mémoire après l’étrange retournement de situation survenu dimanche soir lors de la veillée organisée par les veilleurs pour la famille.
Cette organisation pacifique et spontanée qui trouve son inspiration dans les préceptes non violents de Gandhi mais également aux sources de la culture et de la sagesse occidentale se réunit maintenant depuis plusieurs jours après chaque manifestation. On y partage des moments de beauté et de réflexion autour de textes et de poèmes de toutes origines portant sur la famille, l’humanité, la notion de résistance spirituelle, de combat politique au sens le plus noble du terme dans une atmosphère où les convictions sont calmement affirmées avec une volonté de pacification d’abord intérieure (il s’agit de faire taire en nous la colère sans renoncer à l’idéal, de prendre conscience que nous nous battons POUR des valeurs que nous affirmons avec sérénité et non contre des personnes) mais qui cherche peu à peu avec force et douceur à se communiquer toujours dans l’amour et le respect de l’adversaire.
C’est mercredi dernier que j’ai découvert avec bonheur ces veillées organisées par une toute petite poignée de jeunes qui chaque soir, tentent de s’extraire du vacarme provoqué par les manifestants qui s’attardent en cherchant l’affrontement avec les forces de l’ordre, emportés par la colère qu’ils laissent monter en eux et qu’ils entretiennent. Commençant la veillée par le chant de l’espérance, murmuré dans l’ombre, on dirait qu’ils chantent une berceuse à un enfant malade pour le rassurer, comme s’ils s’étaient rassemblés là au chevet de la France qui souffre de se voir ainsi méprisée et défigurée par ceux qui la gouvernent.
On sait que les veilleurs ont été dès leur premier rassemblement victimes de violences policières, que 67 d’entre eux avaient été conduits de force au poste de police et mis en garde à vue. Tous les soirs, les responsables engagent un bras de fer pacifique avec les forces de l’ordre pour pouvoir rester jusqu’à l’heure fixée à l’avance à l’ensemble de ces manifestants de la paix dont le mot d’ordre est de respecter une discipline exemplaire.
Or ce dimanche soir, après une veillée marquée par un magnifique solo de violoncelle et la lecture de textes du résistant italien Gramsci, de Soljénytsine et de du Bellay entre autres, les organisateurs sont prévenus par SMS qu’un groupe d’environ 200 veilleurs se trouve bloqué avenue de Breteuil, la police leur refusant l’accès à l’esplanade des invalides. Après une première tentative vaine de négociation pour demander qu’on les laisse passer, Axel, l’un des principaux organisateurs propose alors aux gendarmes mobiles qui nous entouraient de nous laisser les rejoindre ce qui nous sera finalement accordé après un bref échange, la résistance et l’hostilité cédant soudain à la détermination pacifique des veilleurs qui entonnant à mi voix le chant de l’espérance se sont levés et escortés par des gendarmes désarmés du moins intérieurement, ont rejoint le groupe de l’avenue de Breteuil pour quelques minutes de partage avant une dispersion dans le calme.
Petit miracle pour les uns, grande victoire politique pour d’autres, cette victoire de la douceur et de la paix déterminée m’a rappelé l’épisode du loup de Gubbio, cet animal féroce qui ravageait la région de cette ville d’Ombrie, dévorant les troupeaux et s’attaquant aux habitants. A leur demande, saint François n’avait pas craint de s’en approcher. On dit qu’avec douceur mais détermination il n’hésita pas à faire à l’animal des reproches sur sa conduite pour finir par passer avec lui un marché : s’il protégeait les troupeaux et les habitants de la ville, ceux –ci s’engageait à ne plus le pourchasser et à le nourrir jusqu’au restant de ses jours. Et c’est dit-on ce qui arriva…
Cet épisode de la vie de François résonne pour moi comme une parabole. Notre loup de Gubbio, aujourd’hui c’est le gouvernement et ses sbires. Si nous voulons qu’il cesse de ravager la France, il nous faut d’abord le courage et il faut bien le dire aussi un peu de la folie de saint François pour oser l’affronter avec amour et détermination. Notre loup ne pourra nous écouter que s’il nous sent prêt à l’accueillir, sans peur avec douceur et fermeté.

Publicités

A propos servusethumilis

Très humble serviteur du Christ et de l'Eglise ainsi que de tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté...sans oublier leurs enfants puisque je suis pédopsychiatre.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s